Päris – Vitrine du monde

En 2365, le soleil jette ses derniers rayons de lumière claire sur le monde avant de s’éteindre progressivement suite à l’attentat perpétué par l’Aube Rouge. Le monde sombre dans l’obscurité et Paris, la ville éternelle, se consume dans les affres de la folie provoquée par cette apocalypse partielle.

La cité est détruite, brique par brique, durant la guerre civile et n’est guère plus qu’un champ de ruines lorsque l’Aube Rouge décide d’en faire la capitale mondiale. Il faudra de nombreuses années pour que l’ancienne ville lumière renaisse de ses cendres. Des années, des litres de sueur, de larmes et de sang, pour que la Tour Ëiffel, plus fière que jamais, se dresse à nouveau vers les étoiles, son sommet à plus de 1000 mètres d’altitude.

La nouvelle mégalopole se bâti alors en couches successives telle un monstrueux mille feuilles d’acier, de béton et de nouvelles matières aux propriétés novatrices. Dans les profondeurs de la ville, loin de la lumière naturelle, les artères historiques sont reconstruites et les monuments sont redressés. L’Arc de Triomphe célèbre l’avènement de l’Aube Rouge, et l’Opéra Garnier est rebâti de briques pourpres à la gloire du nouveau régime.

Plus haut, des tours gigantesques s’élèvent avec arrogance, surmontées de jardins luxuriants et de panoramas luxueux. Päris, la ville éternelle, brille de mille feux dans la lumière de l’aube perpétuelle et s’étend en spirale aux pieds de la Tour Ëiffel.

Cette dernière est le centre névralgique de l’Aube Rouge, le gouvernement autocratique qui règne sur le monde sans partage. Là se situent tous ses services administratifs, religieux et économiques. C’est là aussi que le gouvernement forme sa milice et développe la technologie à laquelle seule l’Aube Rouge a accès. C’est là que l’avenir du monde s’écrit, que le passé s’efface.

Mais dans les bas-fonds, plus bas que les fondations des gratte-ciels, sous les artères et les avenues, malgré la lumière pâle et les ombres, la ville ne dort jamais. Lieux de débauche et de plaisirs foisonnent dans les profondeurs, et nombreux sont ceux qui y dépensent leur argent et leur santé. La perspective de gagner aux jeux de hasard, de s’adonner à toutes sortes de vices. Drogue, alcool, sexe, courses, jeux... On visite aussi bien les entrailles de Päris que ses sommets. Et, bien souvent, la clientèle est la même.